Le blues du Communo-capitalisme

Le soleil persiste sur Shanghai et je déambule afin de flairer les saveurs subtiles du monstre urbain. Ville de contrastes et de changements. La pauvreté et la destruction côtoient l’innovation et le luxe outrancier. Des quartiers entiers disparaissent pour faire pousser de nouvelles tours. La cité se bouffe et s’auto digère pour renaître à l’ère du communo-capitalisme. Contrairement au défunt régime de l’Union Soviétique et au cousin Cubain incertain, les dirigeants  de la République Populaire de Chine semblent avoir bien compris le pouvoir qui réside dans une économie de surconsommation. Shanghai arbore fièrement une indigestion publicitaire où s’étale sans classe tous les ‘’modèles’’ de la consommation occidentale. Les gurus du grand écran hollywoodien se commettent en réclames qu’ils n’oseraient afficher au pays. Les citoyens prennent le pas et dépensent leur maigre pitance pour arborer ces faux symboles de liberté et de changement. 

Le soleil est bon, la brise est froide et les grands gamins se disputent ardemment la balle qui couronnera un champion éphémère. Victoire du juste et triomphe du corps. L’esprit viendra. 

Une autre dernière nuit à Shanghai avant de partir vers le sud. Un repas en solitaire de plus dans la Chine familiale et communale. La solitude me pèse ce soir plus qu’à l’habitude. La salle de cinéma qui m’accueille pour tromper mon ennui est vide. Après trois semaines de voyage j’éprouve un sentiment qui me rappel que l’être humain est fondamentalement sociale et que les quelques interactions d’un quotidien fonctionnel ne suffisent pas à étancher ce besoin profond de se voir en l’autre. Difficile de créer de véritables liens lorsque l’on part et repart sans fin. 

Pour voir les photos liées à cet article, suivre le lien ‘’Contrastes’’ >>> 

4 commentaires à “Le blues du Communo-capitalisme”


  1. 0 Liz 31 jan 2007 à 23:29

    Mon Cher Manu,

    Je comprends que la solitude commence à te peser, pas évident de partir à l’autre bout du monde tout seul….même si le but du voyage est professionnel !

    Mais n’est crainte, tes amis ne sont pas loin et tu auras vite fait de les retrouver au coin d’un bon bol de café ou d’une tasse de tisane.
    Et malgré ce petit vague-à-l’âme, ton style est toujours aussi imaginé et poétique, tiens bon, tu seras bientôt de retour chez toi !

    Je t’envoie mille pensées de réconfort et te souhaite une belle fin de voyage dans le sud.

    Bises
    xxx

  2. 1 Noémie l'amie 1 fév 2007 à 9:16

    Hey oh !

    Saint Lucy wiswityou men !

    tous les yeux qui te lisent, tous les amis qui te suivent sont là avec toi, de manière virtuelle.
    c’est la magie et la froideur du monde moderne.

    nihow,

    tsintao

    Noémie XXX

  3. 2 Véronique 2 fév 2007 à 10:56

    Sache que ta famille pense très fort à toi, tu nous manques… à très bientôt,
    Ta femme (pas de panique mesdemoiselles, c’est un vieux titre…) et ta fille xxx

  4. 3 Benoit charbonneau 2 fév 2007 à 21:00

    Nous sommes là Manu ! J’ai une pensé pour toi tous les jours! Ton écriture inspire et me permet de sortir de mon tourbillon du travail dans ma journée. Je passe mes pause avec toi Manu.

    Si tu veux parler Appel ! à frais viré même! 514-576-6386

    Benoit
    :)

Laisser un commentaire



La douce vallée |
australie * australia |
Alice au pays de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | EMERGENCE
| Classe découverte en Ubaye
| Elliott et Judith au royaum...