La fin d’un voyage

Celui qui a peu voyagé pourrait facilement s’imaginer que le voyage se termine lorsque, au terme du trajet, le nomade pousse la porte de son logis et redevient sédentaire. Il n’en est rien. Le périple se poursuit bien au-delà du retour, dans l’âme déracinée de l’aventurier désormais étranger de tous. Il retrouve les lieux connus et les gens aimés, mais quelque chose en lui a changé, subtilement, sans éclats, certainement.

Les jours se passent, les conversations s’animent; il observe le grand défilé du quotidien avec l’indifférence du prisonnier intemporel et l’introspection ambivalente de la mourante qui apprivoise progressivement la fin de sa propre vie. Car le voyage n’est-il pas ce passage mystique vers la fin d’un temps et le début d’un autre; petite mort aux habitudes sans lendemains et naissance à plus de sagesse? Dès lors, la durée du voyage sera proportionnelle à la résistance du voyageur. Car qu’y a-t-il de plus éprouvant que de laisser aller le connu pour la promesse voilée de l’inconnu?

Alors l’itinéraire se poursuit de l’extérieur vers l’intérieur et l’itinérant cherche la porte de son cœur et la lumière de ses peurs. Voyage sans fin…

Le voyage se termine et la Chine conserve tous ses mystères, promesses de renouveau et foyer d’un élan créateur qui modifie la courbe du temps.

3 commentaires à “La fin d’un voyage”


  1. 0 Oso 8 mar 2007 à 7:13

    bonjour voyageur,
    une de tes phrases m’a emmenée dans les mandala et facilement je revois le moment de la création du mandala; départ au centre ou à la périphérie et inlassablement le chemin se met en place création de l’intérieur vers l’extérieur ou inversement de l’intérieur vers l’extérieur, comme un soufle (inspir et expir). Un éternel recommencement et pourtant jamais le même. Voyage sans fin….

  2. 1 Oso 8 mar 2007 à 7:54

    au fait, merci pour ces superbes photos…Manu le conquérant…

  3. 2 Oso 9 mar 2007 à 6:30

    je te remercie pour les commentaires que tu as laissé sur mon mail.Moi ce que j’aime c’est les mots que tu emploies dans ton phrasé ils sont si « gouteux » est si actuels ( je veux dire city); il y a un côté métal associé à la chaleur du miel, incroyable Manu!
    Vivement que je puisses lire ce que tu écris ?….
    je suis allé aussi sur deviant art, mais désolé je ne maîtrise pas trop l’anglais , tes photos ?…j’aime
    il est 00:28 chez moi, et il a fait beau aujourd’hui, alors reçoit avec respect le soleil qui se léve chez toi.
    A bientôt
    tu peux aussi laisser des commentaires sur mon blog…

Laisser un commentaire



La douce vallée |
australie * australia |
Alice au pays de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | EMERGENCE
| Classe découverte en Ubaye
| Elliott et Judith au royaum...