Archives pour la catégorie Non classé

La suite…

Cette partie du périple de ma vie s’achève maintenant et les souvenirs de Chine s’estompent au rythme des jours qui nous mènent vers la promesse d’un printemps salvateur.

J’ai eu grand plaisir à rédiger ces quelques textes pour tenter de transmettre ne serait-ce qu’une partie de l’essence du voyage vécu. Je ne saurais trop souligner le réconfort et la joie générée par vos nombreux commentaires; comme un baume d’encouragement sur la cicatrice du doute éternel.

Je vous invite maintenant à me suivre vers un nouvel espace de création où j’afficherai l’expression de mes réflexions sur la vie au fil du temps: Les écrits manuel(s)

Vous pouvez également visiter ma galerie d’art photographique.

Merci à tous et au plaisir de vous recroiser sur les sentiers virtuels!

Le trajet: 1h30am, heure de Montréal

Quelques prières de plus et me voilà rendu au-dessus du Japon après avoir survolé la Colombie-Britannique, l’Alaska, le détroit de Béring et les côtes de l’extrême Nord-ouest de la Russie! Magnifiques paysages de glace, vastes étendues désertiques aux confins d’un monde surpeuplé.

Bientôt 18h que je suis assis dans un avion… et 2h30 à faire avant de toucher le sol de Shanghai. Véritable marathon de la fesse endolorie, le temps passe dans ce vase clos qui trace son chemin dans le ciel asiatique.

Vancouver était magnifique: 20 minutes de marche rapide dans un couloir d’aéroport… trop courte pause avant de repartir vers le Nord puis vers l’Est! J’ai tout de même eu le temps de faire connaissance (en marchant) avec une chinoise (timide) qui sortait de mon avion et qui prenait pour sa part le chemin de Beijing. Un périple de 24h pour elle!

(…) En vérité vous êtes suspendus, telle une balance, entre votre tristesse et votre joie. Il vous faut être vides pour rester immobiles et en équilibre. (…)                                  -Khalil Gibran, Le Prophète

nord04.jpg          nord03.jpg         nord02.jpg       nord01.jpg

Le trajet: 12h30, heure de Montréal

Nous volons maintenant depuis plus de 3h30 sur un premier vol d’une durée de 5h26m. À l’exception de quelques secousses relativement ‘’banales’’, l’envolée se passe plutôt bien. Demeure ce sentiment étrange et peu commun d’être suspendu à quelques 35 000 pieds dans les airs…

Un constat s’impose à moi au début de ce périple : nous vivons dans une société qui nous pousse à banaliser l’extraordinaire. Qu’y a-t-il d’aussi peu banal que d’embarquer dans un monstre d’acier de plusieurs tonnes pour le voir s’élever à des altitudes vertigineuse et vous transporter en quelques heures sur des distances qui autrefois devenaient des expéditions de plusieurs mois, voir plusieurs années? Et pourtant ce tableau tiré de la science-fiction de nos ancêtres, aujourd’hui devient presque banal et pour certains, partie d’une routine quotidienne. Pour peu que l’on observe les acteurs de ce jeu, on ressentirait presque l’ennui de tout un chacun devant ce passage obligé vers la destination convoitée. Mais ne nous y trompons pas, car le glaçage craque aux moments cruciaux du rituel de l’envol. L’atmosphère se tend dans la carlingue lorsqu’est venu le temps de décoller, d’atterrir ou de traverser une zone de turbulences. Les mâchoires se crispent, les souffles rythment la cadence de l’inconfort et l’ombre d’une prière se pointe dans les cœurs, sans guerre de religions. Et c’est à ce moment précis que l’on réalise l’extraordinaire de l’aventure et son dénuement de banalité. Alors je célèbre l’extraordinaire!

Mon avion a décollé avec plus de 45 minutes de retard ce matin, pour des raisons de sécurité à l’aéroport… alors j’ignore si je pourrai attraper mon vol pour Shanghai. Les projections les plus récentes me donnent à peine 20 minutes pour visiter Vancouver, faire un petit jogging pour me délier les jambes et trouver la bonne porte d’embarquement!

Passagers du tube aérien, nous sommes suspendus dans l’intemporel et pourtant tributaire du temps des hommes.

C’est le moment de la prière de descente vers Vancouver…

D-6h…

Je suis enfin prêt à partir. Enfin, je crois… car l’est-on jamais vraiment? Ma valise est faite, mes papiers sont en ordres et mon appartement pourra accepter mon départ sans craindre de passer le prochain mois en état d’insalubrité avancée. Rire

Quelques heures encore et ce sera le moment de présenter ma carte d’embarquement à l’hôtesse de la porte 5A (qui sera charmante, évidemment) pour me diriger ensuite vers le siège 19D…

Quelques heures de sommeil… peut-être.

Rendez-vous de l’autre côté du pacifique, 20h d’avion plus tard!

<>

- Albert Einstein

D-1: Le départ approche!

Longtemps évoqué comme un songe fugace, une impossible possibilité, ce voyage est sur le point de se réaliser. Longtemps préparé, il me semble pourtant régner aujourd’hui dans ma tête un incroyable fouillis, une brume épaisse qui me laisse à peine prendre conscience de la réalité imminente de mon départ. Vestige d’un jour de l’an trop bien festoyé ou vertige au bord de l’inconnu?

C’est le temps des déchirements entre ce que l’on doit laisser derrière soi pour mieux le retrouver et le spectre immense de toutes ces possibilités encore inconnues qui m’appellent et me repoussent à la fois. C’est le moment où l’on doit dire au-revoir à l’enfant chérie que l’on a tenue contre soi depuis toutes ces années et qui pleure devant la réalité de l’inévitable et lente séparation qui la mènera vers plus de maturité. C’est le coeur du père qui pleure de savoir la distance qui demain nous séparera…

Au-delà des griffes de l’immobilité il y a une promesse d’aventure et la réalisation d’un rêve longtemps paufiné. Un éclaire d’inspiration naquit en mon coeur il y a de cela presque deux ans. Ce voyage est pour moi une preuve tangible et symbolique de ma capacité à faire descendre ce rêve, cette inspiration, afin de l’incarner dans un monde matériel difficile à apprivoiser. Fierté et reconnaissance!

L’idéal est pour nous ce qu’une étoile est pour le marin. Il ne peut être atteint, mais il demeure un guide- Albert Schreitzer

Bonjour à tous!

0000014.jpgJe vous souhaite la bienvenue en ces carnets de voyage qui vous permettront de suivre mes périples sur le continent mythique;  au coeur de  la Chine vaste et lointaine…                                                                                                                                 Vous pouvez profiter de quelques photos choisies en cliquant dessus pour les agrandir, consulter la carte pour situer mes trajets et visiter les liens en annexe pour un voyage plus complet. Les articles sont classés en chronologie inverse.

Vos commentaires sont précieux et très appréciés!

 Merci!



La douce vallée |
australie * australia |
Alice au pays de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | EMERGENCE
| Classe découverte en Ubaye
| Elliott et Judith au royaum...